Rechercher
  • Virginie Bourger

La gestion des émotions - Kesaco ?

Aujourd'hui, j'ai envie de te parler des émotions. Parce que c'est un sujet qui me tient à coeur et que j'ai pu constaté que ce n'est pas un sujet forcément évident pour tout le monde.


Peut-être aussi car je suis maman et que j'essaye de transmettre le meilleur à mes enfants.


Il m'est arrivé plusieurs fois en séance, alors que la personne est profondément en transe, que celle-ci traverse une émotion d'une certaine intensité et qu'au réveil, me dise "c'est étrange, je ne sais pas ce qui s'est passé, d'habitude, cela ne m'arrive jamais".

"Qu'est ce qui ne vous arrive jamais ?"

"Et bien pleurer ! Je gère très bien d'habitude."

"Et, comment spécifiquement vous gérer ?

"Je garde tout pour moi, je ne laisse rien transparaître, vous comprenez je ne me laisse pas submerger".

"Vous gardez tout à l'intérieur, c'est bien ça ? Toujours, vraiment toujours ?"

"Ben non, je ne me laisse pas aller, ce serait être faible, je reste dans le contrôle".

Ok, ok, j'arrête avec mes questions de coach :-).


Vous avez ici une belle croyance transmise dans l'enfance et assez répandue : "Pour être fort, il ne faut pas montrer ses émotions".


Alors taire, enfouir ou au contraire exprimer son émotion ? Contrôler à l'excès ou laisser déborder ? Je vais essayer de répondre à ces questions et au passage te donner quelques clés.


Alors qu'est-ce qu'une émotion ?


Saches tout d'abord que le mot "émotion" vient du latin "emotere". Le préfixe "e" pour extérieur et "motere" qui veut dire "mouvement". L'origine étymologique du mot est très explicite : une émotion est un mouvement vers l'extérieur.


Non, tu n'es pas faible si tu ressens une émotion. Je dirais même que cela veut dire que tu es humain. On peut dire "Je ressens donc je suis".


Cependant, il faut les exprimer. De cette façon, tu ne les gardes pas en toi.


C'est important, car une émotion est furtive, elle n'est que temporaire si tu l'exprimes. Par contre, si tu les retiens, elle risque de dériver vers un sentiment, qui lui, perdure et qui peut être beaucoup plus embêtant à se débarrasser sur le long terme (anxiété, dépression, remords ...).


Les émotions sont différentes des sentiments.


Saches qu'il n'y a que 4 émotions primaires : la peur, la colère, la tristesse, la joie. On peut y ajouter la surprise et le dégout. Elles sont universelles.


Ces émotions de base servent de support à l'ensemble des autres émotions, qu'on appelle les émotions secondaires, qui sont l'euphorie, l'étonnement, l'angoisse, la mélancolie, la haine, le mépris.


A quoi servent-elles ?


Nous venons de le voir, l'homme est un être fondamentalement émotionnel. Nos émotions s'expriment dans notre corps même si nous nous refusons à les exprimer verbalement. Ainsi, taire tes émotions les imprime dans ton être physique et dans tes comportements, d'où elles s'exprimeront tôt ou tard, avec d'autant plus de violence qu'elles n'ont été retenues.


Une émotion est un message de ton inconscient. C'est une partie de toi qui s'exprime. Si tu ne l'écoutes pas, cette partie de toi essayera de s'exprimer plus fort en développant des symptômes comme des migraines, de l'eczéma, des insomnies, des contractures, de l'asthme ..., ou en développant des comportements addictifs ou compulsifs comme se ronger les ongles, et même des troubles alimentaires....


D'où le proverbe bien connu, "Les émotions qui ne s'expriment pas s'impriment".


Quel genre de message ?


Saches également que les émotions sont directement rattaché à un besoin fondamental :


- La peur est liée à l'anticipation d'une souffrance, le besoin est celui d'être rassuré,

- la colère, c'est l'émotion d'une personne lésée ou se croyant l'être, le besoin associé est d'être respecté, compris, reconnu, besoin de justice,

- la tristesse est liée à une perte, le besoin est celui d'être réconforté,

- la joie, le besoin de partager.


Ainsi, le levier pour apaiser l'émotion, c'est de satisfaire le besoin qui y est associé.


Se dire : "OK, je suis triste, je me permets de pleurer, je cherche et je trouve du réconfort". Cette sensation s'estompera beaucoup plus vite et tu éviteras de développer rancoeur, regret, dépression, lamentations, ruminations ...


Un enfant est littéralement envahi par l'intensité de ses émotions. Leur impact est très fort. Et nos émotions ont un lien très étroit avec notre mémoire.


Dire à un enfant, quand il est en colère, "va dans ta chambre", quand il est triste ou quand il se fait mal, "ne pleure pas c'est pas grave", quand il a peur "n'aies pas peur, c'est rien". Clairement, on lui dit qu'exprimer ses émotions, c'est pas bien. Son inconscient fait des connexions, il développe un programme automatique qui, dans sa vie d'adulte, se lancera dans diverses situations, inconsciemment.


L'écouter, lui permettre de s'exprimer, répondre au besoin associé, c'est lui donner les meilleures clés pour son bien-être et son développement, et surtout lui permettre de développer son intelligence émotionnelle pour qu'il puisse vivre une bonne vie.


Mais comment faire ?


Gérer ses émotions ... facile oui, on entend ça de partout. Mais en pratique que veut dire précisément la gestion de ses émotions ? Ça veut dire savoir les identifier, les accepter et les exprimer.


Comment ? en les écoutant, en les reconnaissant, en les comprenant (Qu'est-ce que tu ressens ? Qu'est-ce que tu en déduis ?).


Ensuite, tu peux réguler, agir et t'adapter.


Accueillir, exprimer, écouter ses émotions : Voilà ce qu'on appelle la gestion des émotions.


En réalité, c'est un abus de langage, ce n'est pas l'émotion qui se gère, c'est le comportement. En effet, toutes les émotions sont légitimes (je suis en colère), tous les comportements ne le sont pas (mettre une gifle).


L'émotion existe avant que le mental n'y ait accès. Il ne faut pas laisser le mental essayer de les canaliser. Pour se faire, nommes la, verbalises la, questionnes toi sur ce que ça te fait (poings serrés, mains moites, boule dans la gorge, noeud dans l'estomac ...). Si tu veux crier, cries ! Si tu veux craquer, craques. C'est ok !


Une émotion est une alliée tant qu'elle est gérée, car tu t'écoutes, tu te comprends, tu réponds à un besoin et tu te comportes et réagis de façon adaptée. Elle te permet même de faire de meilleurs choix, de prendre de meilleures décisions, rien que pour toi.


Quand tu ressens une émotion, voici ce que tu peux faire :


- Prendre le temps de savoir que tu ressens quelque chose

- Ecouter tes sensations physiques

- A quelles autres situations me renvoient ces sensations ? Que se passait-il ?

- A quelle famille appartient cette émotion ? Quelle est sa dominante pour toi ?

- Remarquer que "oui, là, tu te sens en colère, et que ça te fait ça, là (en terme de sensations)".


Bien entendu, quand on pense mauvaise gestion, cela concerne souvent les émotions négatives. Quand c'est la joie, c'est forcément moins problématique. Quoi que. ... certains retiennent même leur joie, leurs marques d'affections, etc ....


Alors, si tu es joyeux, n'oublies pas aussi de le partager et de le propager tout autour de toi :-)


Et si tu penses avoir un souci avec tes émotions, je reste à ta disposition !


Virginie Bourger

Coach - Hypnothérapeute

06 18 08 10 42

113 vues

Virginie Bourger, Hypno-coach77, Hypnothérapeute

9 Place Sainte-Anne

77230 Dammartin-en-Goële

06 18 08 10 42

Horaires consultations :

Lundi - Vendredi : 9h - 20h

Samedi : 9h - 17h